• MISERE DE LA PROSPERITE



    "Ainsi la paresse est mère. Elle a un fils : le vol et une fille : la faim..."

    Victor Hugo, les misérables.

    Ce qui signifie que si je reste là à écrire, le repas ne se fera pas tout seul même si nous ne sommes plus au temps de VH, même si certains moyens pour aller plus vite existent (micro-onde, repas sachets...) Loulou aura faim et se mettra à voler.

    Le triste résultat d'une grosse paresse survenue par ma faute?

    Jamais de la vie! Alors, sur ces belles paroles, je retourne à mes fourneaux...

    Finalement, rien n'a beaucoup changé depuis lui : l'homme à la mine, la femme à la cuisine!

    Vive le progrès qui ne pregresse pas!

  • Commentaires

    1
    Mardi 10 Juin 2008 à 18:42
    Le pire
    pour moi a été de lire ZOLA! Bonne nuit pour la nuit!
    2
    Mardi 10 Juin 2008 à 19:28
    je repasse
    tu vois :) pour te souhaiter une bonne soirée bises à toi
    3
    Mardi 10 Juin 2008 à 19:51
    Merci Tara
    De ta venue! Bisous à toi.
    4
    Mardi 10 Juin 2008 à 19:53
    OOPS!
    Zola est très difficile à lire. Bisous
    5
    Mardi 10 Juin 2008 à 20:06
    SI je comprends bien,
    pour oublier sa faim, éviter le vol et tromper sa paresse, Hugo aurait du rajouter : à tes fourneaux bloggueuse :) Bon appétit!
    6
    Mardi 10 Juin 2008 à 20:19
    Je vois qu'on a
    toutes un fourneau... C'est vrai que ça n'a pas évolué! Pinkiss
    7
    Mardi 10 Juin 2008 à 20:40
    Oui, c'est
    à peu près ça!
    8
    Mardi 10 Juin 2008 à 20:41
    Toutes un fourneau
    et c'est bien souvent nous qui s'y collons!!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :